Théâtre du Garde-Chasse
  • Imprimer
  • Envoyer par mail
Un bâtiment somptueux du début du XXe siècle, des plafonds peints
Théâtre du Garde-Chasse

Équipement culturel phare de la Ville, le théâtre et cinéma du Garde-Chasse est un lieu de transmission, de diffusion de spectacles et de films, d'éducation artistique et culturelle, et d'accueil d'équipes artistiques en création. La formationdugoûtpour lespectaclevivant et le cinéma pourles jeunes publics, notamment le public scolaire, et l'actionculturelle développée de façon volontariste en direction des habitants éloignés de la culture, cimentent son projet.

Accueil billetterie :

Mardi, jeudi, vendredi, samedi : 14h-19h - mercredi et dimanche : 15h-18h.

La souscription d'un abonnement garantit un meilleur placement en salle et permet de réserver des places hors abonnement à tarif préférentiel. Par ailleurs, les abonnés bénéficient de rendez-vous « Privilèges » tout au long de la saison : temps de rencontre et répétition avec les artistes en résidence, moments de convivialité, spectacles qui leur sont réservés, etc.

A noter !

- Bar et restauration légère dès 19h30, en partenariat avec Baluchon-À table citoyens, entreprise solidaire d'utilité sociale.
- Vestiaire gratuit et surveillé.
- Parking gratuit Rue Waldeck Rousseau, face à la grille d’entrée du Théâtre.
- Théâtre accessible aux personnes à mobilité réduite. Merci de contacter la billetterie 48h avant.
- Placement numéroté garanti jusqu’à 10 minutes avant le début de la représentation (non assuré en cas d’arrivée tardive).
- Billets non remboursés (possibilité d’échange dans le cadre des abonnements en fonction de la disponibilité des spectacles).
- Enfants de moins de 3 ans non accueillis en salle (hors propositions « très jeune public »).


Un peu d'histoire

L'architecte Bévière s'est inspiré du Grand Trianon de Versailles pour concevoir le Théâtre du Garde-Chasse des Lilas. Ce monument de style IIIe République, a vu le jour sous la forme de salle des fêtes de la ville, au début du siècle XXe siècle.

 Le 12 avril 1902, est mise au concours de l'aménagement de l'ensemble Paul de Kock (salle de conférence, école, square), à l'emplacement du jardin qui appartenait à Paul de Kock. Le 30 août est voté un crédit de 400 000 francs pour cette opération. Quelque temps après, les projets sont exposés en Mairie.

Construite d'août 1903 à 1905, la Salle des Fêtes est d'abord réservée aux manifestations éducatives à caractère philanthropique (conférence, théâtre, bal…). Le projet de sculptures intérieures est voté en février 1904. En 1905 l'ensemble est achevé et on dessine le jardin. On inaugure tout cela en grandes pompes le 15 octobre 1905 (présence du préfet de Selves, musique du 46° RI, moult longs discours, bal, course cycliste, frappe d'une médaille, compliments, copieux banquet…). La salle de conférence restera longtemps l'une des plus vastes de banlieue.

Les plafonds

Le 3 juin 1905, le conseil municipal se penche sur la décoration des plafonds. Le 3 juillet 1907, le Conseil Général de la Seine ouvre un concours destiné aux "artistes français". Le 2 décembre de la même année, 50 projets sont exposés au Palais des Beaux-Arts de la ville de Paris. Le 29 mai 1908, les 4 finalistes présentent des "fragments à grandeur d'exécution".

Le 9 juin 1908, commande est faite à Victor Tardieu de réaliser une grande fresque (160 m2) sur le thème « Au temps de Paul de Kock », dans un délai de 2 ans, pour une somme de 25 000 francs or. Il s'inspire de l'opérette Véronique, d'André Messager, elle-même inspirée de l'œuvre de Paul de Kock. En août 1911, la toile roulée est déposée à la mairie, puis marouflée.

La Fresque « Le Baiser lilas de Véronique » orne le plafond de la salle des fêtes des Lilas. Elle est inscrite à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. Une des scènes, celle de la promenade, s'inspire de l'opérette Véronique de Paul de Kock: « Courtisée par Florestan, Véronique sur son âne ». La cimaise occidentale représente « La fête aux lampions aux Arènes de Lutèces ». Le plafond nous offre les portraits du préfet de Sèlves, du maire, de ses adjoints, de l'architecte, et du peintre lui-même. L'éclairage électrique est posé en 1920-1921.

L'ensemble des peintures a été rénové en 1972. En 1994, la salle des fêtes est entièrement restaurée. Elle bénéficie depuis d'un équipement scénique moderne de grande qualité permettant d'accueillir une programmation de spectacles vivants très diversifiée ainsi qu'une programmation cinématographique.

------------------

Pour la légende, tout théâtre a ses fantômes… une malédiction semble avoir frappé l'architecte et le peintre du lieu, décédés la même année en 1937. Il paraîtrait que parfois depuis…