Festival des Rencontres chorégraphiques internationales
  • Imprimer
  • Envoyer par mail
Festival des Rencontres chorégraphiques internationales
Seine-Saint-Denis
les mardi 1 et mercredi 2 juin 2021

à 19h
Soirées partagées
avec Meytal Blanaru, Cassiel Gaube et Charlie Prince


MEYTAL BLANARU (Belgique)
RAIN
solo | 25 minutes
Inutile de tourner autour du pot. Meytal Blanaru assume aujourd’hui très librement que son solo rain évoque un abus sexuel dont elle a été victime en son enfance : effondrement, traumatisme, lente et douloureuse reconstruction…
Les pieds rivés au même endroit du début à la fin, la chorégraphe évoque un état d’effroi où le corps semble vouloir se dissoudre pour échapper à la violence du monde. Mais à partir de la contrainte éclot une nouvelle inventivité du geste, déjouant les stéréotypes du regard masculin sur le corps féminin et leur opposant une authentique résilience.

CASSIEL GAUBE (Belgique)
FARMER TRAIN SWIRL - ÉTUDE
trio | 40 minutes
Selon les clubbers, « un bon danseur house sait tout simplement se régaler avec la musique ». Pourtant, Cassiel Gaube ose le silence, par une Étude qui ne se contente pas d’implanter sur scène l’ambiance d’une soirée festive.
Il préfère, par amour de la house, un dépouillement extrême pour mieux célébrer la richesse d’une danse aux origines multiculturelles et à l’inventivité permanente, véritable art de la composition instantanée. En l’abordant telle une langue avec son lexique, sa grammaire et sa vision inhérente du monde, il en exalte la complexité qu’il situe au plus haut.

CHARLIE PRINCE (Liban)
COSMIC A*
Création | solo et un musicien live | 40 minutes
Beyrouth, 2020 : manifestations, révolte et explosions dévastatrices.
À Amsterdam, où Charlie Prince vit aujourd’hui, le corps du jeune chorégraphe libanais semble encore capter les vibrations en provenance de sa ville natale, qui bascule sans cesse entre son potentiel et ses tragédies. Vérité ou projection ? À la recherche d’une voie pour échapper aux narratifs coloniaux, Charlie Prince s’est tourné vers le mouvement science-fiction du « futurisme arabe ».

+ informations Festival des Rencontres